Aujourd’hui, je vous propose un petit intermède technique. Vous êtes nombreux à avoir demandé des nouvelles de notre GPS qui nous avait lâchés en Pologne. En fait, vous êtes seulement deux personnes mais cela ne fait pas très crédible pour mon article. Donc, dis-je, vous étiez nombreux à vous inquiéter. Tout d’abord, sachez que tout va bien. Après quelques jours, nous avons réussi à le réparer.

Avec un peu d’impatience (et les gens qui travaillent avec moi savent que j’en possède beaucoup), j’ai redémarré plusieurs fois de suite l’appareil. Ce qui a effacé le contenu d’un fichier de configuration nécessaire au démarrage de l’application. Dès que nous avons eu un peu de wifi lors d’une halte entre la frontière russe et Moscou, j’ai pu réinstaller cela. Depuis, il ne nous fait plus faux bond.

Mais revenons un peu en arrière.

Un voyage comme celui que nous entreprenons, en dehors des sentiers battus, nécessite un équipement d’orientation de premier ordre. Que choisir ! Une boussole, nous en avons une au cas où. Des cartes, il nous en faudrait beaucoup et surtout à des échelles différentes. Un GPS du marché, aucun ne possédait la carte de la Mongolie et tous facturaient par pays (à près de 50€, cela revient vite cher). Google map sur notre GSM, cela implique d’avoir du réseau partout (ce qui n’est pas le cas en Russie et en Mongolie pour l’instant).

Bref, je me suis lancé dans la confection d’un GPS personnel sur mesure. J’ai consulté pas mal de sites internet et tenté plusieurs expériences (avec un Rasberry Pi par exemple) mais rien n’était vraiment concluant. Jusqu’à ce que je découvre l’outil qu’il me fallait.

Je vais vous présenter un gps maison comprenant toutes les cartes du monde, avec mise à jour illimitées (qui peut aussi faire équipement multimédia).

Tout d’abord, il faut s’équiper d’un peu de matériel :

  • Un mini-PC avec disque SSD.

Pour ma part, j’ai choisi un Guleek GPC pour plusieurs raisons. Il est équipé d’un Windows 10 pré-installé, d’une carte graphique 1080p HD, d’un processeur de qualité moyenne mais suffisant pour notre utilité, de 2gb de ram DDR3, d’un espace de stockage de 32gb (extensible par carte micro SD sur laquelle on va pouvoir installer les cartes du GPS), de wifi et même bluetooth, sans compter les différents  ports. Son alimentation très faible est fournie par un câble USB. Sa batterie interne permet même d’être autonome quelques heures. Il tient dans la main et ne chauffe pas. Sa confection est adaptée aux vibrations qui sont courantes dans un véhicule. Il n’a redémarré que deux fois en deux mois mais le camion avait subi de très grosses secousses en mode tout-terrain. Il est livré avec un câble mini-HDMI vers HDMI pour le branchement avec l’écran.

  • Un écran tactile

Ici, il y a vraiment beaucoup de choix. Il est important qu’il soit tactile et sa taille dépend de votre espace dans votre véhicule. Mon choix s’est porté vers un écran de 8’’. Il n’avait pas de pare-soleil à l’origine et je vais sans doute devoir en fabriquer un. Il faut également souvent acheter une alimentation sur allume-cigare séparément.

  • Un clavier Bluetooth.

Il n’est pas utile à proprement parlé pour l’utilisation du GPS mais indispensable pour la configuration du PC et également en cas de problème. Il permet de prendre le relais quand le clavier virtuel ne fonctionne pas.

  • Une antenne GPS sur port usb.

J’ai pour ma part opté pour le G-STAR IV de GlobalSat, mais il en existe beaucoup d’autres.

  • Carte micro-SD 64gb

  • Baffles USB

En option, vous pouvez rajouter ces baffles qui ne se branchent que par USB. Cela vous permettra de transformer l’ensemble en équipement multimédia pour afficher des films ou exécuter de la musique.

Résumé :

  • Mini PC 99,99€
  • Ecran tactile 108,00
  • Adaptateur allume cigare 9,22
  • Clavier bluetooth 22,99
  • GPS 38,00
  • Carte micro-SD 64gb 19,25
  • Baffle USB 19,99

Maintenant, il manque le principal pour faire fonctionner le GPS, l’application. Nous en avons testé de très nombreuses. Certaines, références il y a quelque temps, ont très mal vieillies. D’autres ne sont pas encore abouties. Notre choix s’est porté sur une évidence lorsque nous l’avons testée :

Il s’agit de l’application NAVIGATOR.

Elle existe en version payante mais la version gratuite est suffisante. Les cartes gratuites proviennent du projet Open StreetMap (projet Open Source de géolocalisation mondiale). Elles sont de très bonne facture. Pour exemple, de nombreuses pistes empruntées en Mongolie grâce au GPS n’étaient pas référencées dans Google Map. Vous pouvez télécharger tous les pays du monde.

Petit village perdu dans la jungle au nord du Laos.

Pour les camions, vous pouvez configurer certains éléments comme la vitesse, les types de route qu’il est autorisé à emprunter, la hauteur, la longueur ou la MMA. Tous ces éléments influenceront le calcul de l’itinéraire.

A cela s’ajoute de nombreuses fonctionnalités comme l’enregistrement de favoris (et même des itinéraires entiers), les points d’intérêts très détaillés (banques, ATM, magasins, lieux touristiques, stations services, …), des outils de recherches complets (par coordonnées, nom, POI, Google), …

Itinéraire complet de notre traversée de la Chine, enregistré dans les favoris.

Bref, c’est un outil indispensable qui nous permet de nous perdre à notre guise et de savoir précisément où nous sommes à chaque instant. Ses itinéraires sont fiables.

Pour doubler votre confort et votre sécurité, la même application existe pour les smartphones Android.

4 thoughts on “Comment se perdre et se retrouver dans ce monde ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *