image

À travers les différents pays que nous traversons, nous avons pris l’habitude d’acheter des cartes SIM locales afin de pouvoir surfer sur Internet. On commence maintenant à connaître les différents systèmes. Nous n’allons pas ici vous donner un mode d’emploi. Les tarifs et formules changent trop rapidement. Pour cela, faites une recherche internet pour avoir les dernières informations. Nous vous livrons seulement quelques réflexions qui pourront vous aider.

Ma carte SIM belge, appartenant à mon employeur, est désactivée le 31 juillet. Je le savais, il va falloir trouver des solutions. Nous arrivons à Moscou sans connexion et avec l’aide de Jean-François nous achetons nos premières cartes SIM. Internet fonctionne bien et les appels semblent aussi aboutir. Parfait, nous pouvons partir vers la Sibérie et le lac Baikal.
Après 2 semaines, internet ne fonctionne plus. Pourtant nous avions un gros forfait. Que s’est-il passé? La réponse nous vient dans une boutique de l’opérateur. Mon crédit téléphonique gratuit de communication s’est littéralement évaporé en quelques secondes lors d’une courte communication avec mon frère. Le crédit gratuit n’était validé que pour les communications locales. Dès lors, internet est aussi désactivé (!¿?!). Allez comprendre pourquoi. Donc on recharge une formule internet et on ne téléphone plus.

En Mongolie, il existe plusieurs opérateurs. Un en particulier couvre les zones rurales. C’est le choix principal des nomades. D’autres nécessitent d’acheter des recharges souvent. Nous trouvons la perle rare. Une formule illimitée pour un mois: 512mb par jour. Lorsque l’on dépasse cette limite, le trafic continue mais à 128kb. Largement de quoi envoyer ensuite des messages Viber ou Whatsapp.

En Chine, certains opérateurs ne sont pas compatibles avec tous les téléphones (notamment les iPhones européens). Nous vous conseillons de demander dans la boutique à mettre la carte SIM du vendeur dans votre téléphone et de tester. Sur certains Android, le téléphone demande parfois une reconnexion au réseau avec un message système spécial. Sans cela, vous n’aurez plus accès à Internet. Dans ce cas, n’hésitez pas à redémarrer votre téléphone et accepter ce message.

Au Laos, les cartes de recharge à gratter sont tellement fiables que l’entreprise a carrément indiqué leur encouragement pour y arriver. Il ont imprimé: « Good luck to you! ». Moi j’en ai gratté plusieurs et j’ai chaque fois gagné.

Au Cambodge, lorsque vous achetez une carte SIM à 1$ (refusez les vendeurs de rue qui vous les vendent 3 ou 4$ sous prétexte qu’elles ont augmentées), vous avez 1GB gratuit. Vous pouvez les reconnaître grâce au logo 4G inscrit sur les cartes SIM vertes. J’en ai acheté régulièrement sans choisir de forfait. Il suffit de les insérer et c’est parti. Par contre, vérifiez toujours qu’elles sont sous cellophane. Sinon, cela veut dire que le crédit gratuit a déjà été utilisé.

Au Vietnam, vous trouverez facilement un forfait illimité pour un mois à 10$.

Au Myanmar, nous avons fait le choix de ne pas être connectés afin de vivre pleinement notre expérience. Cela faisait du bien cette diète numérique. À vous de choisir.

En Inde, il existe des forfaits internet monstrueux (110GB) pour 70 jours et un tarif dérisoire (7 ou 8€). Renseignez-vous.

En Iran, depuis peu, il n’est plus possible d’enregistrer une carte SIM en tant qu’étranger. Certains voyageurs l’ont fait quand même mais leur carte a été désactivée après 3 jours. Le meilleur moyen est de trouver un Iranien qui veut bien la prendre pour vous. Votre hôte à la guesthouse peut le faire pour vous. Attention malgré tout car ce n’est pas anodin pour lui. Il doit donner son identité et fournir ses empreintes digitales. Mais il peut prendre jusqu’à 9 cartes SIM par opérateur. Vous avez directement 800MB gratuit et des recharges pour 4GB jour + 4GB nuit disponibles pour 3€. Veillez par contre à lui renvoyer par la poste la carte à votre sortie du pays. Cela lui fera plaisir. C’est un peu la compensation du service.

Il existe depuis peu des cartes SIM internet Asie. Nous vous les deconseillons. D’une part, les pays couverts ne sont pas nombreux, d’autre part, elles sont coûteuses. Vous trouverez dans chaque pays des formules plus importantes bien moins chères.

Oubliez aussi le téléphone satellite hors de prix. Sauf si vous voulez prolonger votre présence dans certains pays de plusieurs mois, aux frais de l’état. Cela paraît une évidence mais j’avoue y avoir pensé lors de la préparation du voyage.

De manière générale, n’oubliez pas de télécharger des applications VPN afin de contourner les filtres dans certains pays (Chine, Iran, Myanmar), si vous voulez par exemple continuer à utiliser Facebook ou messenger. Il en existe de nombreux gratuits pour chaque plateforme avec des résultats aléatoires. Installez-en plusieurs.

Bon surf au bord de la mer et restez connectés.

One thought on “Restez connectés”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *