[Influence kaamelotienne avouée et même revendiquée]

Chez A., considéré comme le chef de l’île, dimanche 15 avril 2018, 18h30. La nuit vient de tomber. On allume les bougies.

A. ( le chef): Bon, les gars! J’vais pas vous l’cacher: y’a du boulot! Les chiffres sont effarants! On n’a quasi pas de touristes sur l’île ! Voilà pourquoi j’ai convoqué cette réunion de crise…

B. (qui a toujours un truc à dire): ah ouais carrément … « de crise »…

M. : En plus, moi, j’en ai croisé des touristes! Enfin, j’crois que c’était des touristes… ils étaient tout pâlots en tout cas!

A. (regard courroucé, genre « on m’interrompt pas quand je parle« ): Ok, j’ai pas dit qu’on en avait pas. J’ai dit: on n’en a pas beaucoup. Si on compare à Agra, par exemple…

S ( défaitiste): ah ben tout de suite, Agra!

B. : Ah ben, c’est facile, eux, ils ont le Taj Mahal! Nous aussi à ce compte-là…

K . (toujours un peu à côté de la plaque…): Ben, moi, j’ai quelques briques devant chez moi. Si je m’y mets demain, je peux en construire un aussi, de Taj Mahal. Un petit, hein… Si je commence ce soir, je peux facile avoir fini pour lundi prochain…

Brouhaha général.

A. ( hurlant) SILENCE! ( Tout le monde se tait) Bon, qu’est-ce que je disais?! Ah oui: il faut absolument qu’on ait plus de touristes ! Donc, ceux qu’on a, il faut bien les traiter, pour qu’ils disent à leurs petits copains de rappliquer! Et pour ça, que faut-il faire?!

K. : Euh, leur offrir des trucs.

A. ( méfiant): Ouais… mais quels trucs?!

S, (une jolie jeune femme) : des fleurs! J’en ai de ravissantes devant chez moi!

A.: Les fleurs, ok!

L: ET on peut leur offrir du thé et des biscuits?!

A. : oui, oui! Tout ça, c’est très bien! Soyez souriants et agréables! Que l’on se démarque de certaines provinces où ils interdisent le sourire et qui ont pourtant beaucoup plus de touristes que nous!

Sentiment de découragement dans l’assemblée.

A. : Après , moi, je veux des chiffres et un rapport!

K: ( qui décidément ne bite jamais rien): Un rapport?! Un rapport avec qui, chef?!

A. ( scandalisé) Non mais pas ce type de rapport!!! Un rapport, je veux dire: un document écrit avec des chiffres, des lettres, des informations et tout.

K. : ( ne semblant rien comprendre): ah ok!

A. (Reprenant): Donc j’ai établi un plan. Écoutez bien… Maintenant quand vous croisez des touristes, vous leur posez trois questions?! Pas plus! C’est pas un interrogatoire, non plus! Question numéro un : d’où ils viennent?! Et peu importe la réponse! Vous hochez la tête comme si vous connaissiez! Hein?! Faites gaffe, les gars: c’est possible qu’y en ait qui viennent de Belgique?!

S: De quoi?!

A: Belgique !

B.: Et c’est où ça, la Belgique ?!

A: Qu’est-ce que j’en sais, moi?! Je suis pas prof de géo ! Je vous dis juste, c’est possible. Donc,vous hochez la tête, ok?! Et vous ne la ramenez pas, hein … pas de  » moi, j’connais bien la Belgique, je suis déjà allé à Paris deux fois « , ou « moi, j’aimerais apprendre l’allemand ou l’espagnol dans votre pays », ou autres remarques du style. Hein?! Vous risqueriez d’être découverts?!

Regard appuyé en direction de M.

A. Bon, j’en étais où ?! Ah oui! Question numéro deux: combien de temps ils restent sur l’île?!

F.: et on peut leur demander où ils restent?!

A. ( semblant réfléchir ): Ouais. J’vois pas trop l’intérêt de la question. Mais ok! Si tu veux.., (Puis se rappelant à qui il parle) Et tu leur demandes une seule fois! Pas douze.

(S’adressant à tous): D’ailleurs, ça vaut pour tout le monde, les gars: on ne pose pas douze fois les mêmes questions! Le touriste risque de se lasser.

Tout le monde regarde ses pieds.

A: Bon, alors, question numéro 3… la plus importante pour nous, rapport à la venue des touristes: demandez-leur comment ils trouvent l’île ?!

B : Je ne vois pas l’intérêt de cette question, chef! Ils vont tous dire que c’est beau.

A. : C’est pour les statistiques, j’te dis!

K.: Et s’ils la trouvent moche?! On dit quoi?

A.: Déjà, personne va dire ça!

B. : D’où ma remarque : à quoi ça sert de le demander?!

A.: ( un peu énervé) : Si je te dis de poser cette question! Tu la poses et c’est marre, on va pas discutailler jusqu’à demain, si?!

B. ( un peu calmé); Mais ça va. Je disais ça comme ça .

A: Bon, tout le monde se rappellera les questions ou on fait un mémo?

K. : Dites, chef. Ils parlent hindi, les touristes?!

Grand silence dans l’assemblée !

A.: ( visiblement embarrassé ): Ben, non! Je pense pas. ( se reprenant) Mais , vous, vous parlez bien anglais, non?!

Les habitants chuchotent entre eux.

A: Levez la main ceux qui parlent anglais ?

Une vingtaine de bras se lèvent timidement.

A. ( abasourdi): Quoi?! C’est tout?!

B ( qui a vraiment toujours qqch à dire): En même temps, on n’est pas anglais, nous?!

A. : Bon, ben, vous apprendrez les phrases par cœur auprès de ceux qui connaissent!!!

M: Par cœur, mais ça va être hyper dur!

A. Eh ben, vous ferez l’effort. Après, pour la question « Where are you come from?! », si vous dites juste « Come from », ça passe!

F. : Et juste « from »?!

A.: (après une courte réflexion): oui, ça ira.

Tous essayent de répéter « come from », certains avec beaucoup de difficultés.

A. : Sinon, pour ceux pour qui c’est trop difficile, essayez l’hindi! On n’est jamais à l’abri d’un coup de bol.

Soulagement perceptible dans l’assemblée.

A.: Et pour les autres, on pense à varier les tournures en anglais! Que le touriste ne réalise pas que c’est toujours les mêmes questions!

K. : Comme quoi, chef?

A. ( réfléchissant): pour la question trois par exemple, vous dites: « vous aimez Majuli?! » Ou « Comment trouvez-vous Majuli?!  » Ou encore  » Vous vous plaisez à Majuli?! » Ou bien  » Quel est votre sentiment concernant Majuli?!  » … On varie,quoi?! Sinon, ils vont s’douter qu’on a fait une réunion.

Tout le monde approuve!

V. lève la main:

V. ( qui aime bien se la pèter un peu…): Comme chacun sait, je parle couramment anglais et deux autres patois européens. Puis-je en l’occurrence poser d’autres questions?!

A. Ouais, faut voir?! Donne un exemple, que j’te dise.

V.: par exemple, je pensais leur demander – s’ils sont plusieurs – s’ils voyagent en famille.

B., K., M, et d’autres : ah ouais! C’est bien ça comme question!

V ( encouragés par les copains): et s’ils ont des enfants, on peut leur demander si ce sont les leurs.

Approbation générale.

B.: c’est cool! En plus, on adore les enfants!

V. : et s’ils ont une nombreuse progéniture, on peut les interroger de la sorte: est-ce qu’ils sont tous de vous?!

Engouement général!

A. ( face à l’enthousiasme grandissant) : bon, ok! Ok! Faites ça !

Cris de joie!

A ( pris d’un éclair de lucidité ) : Ouais mais les gars, on ne pose pas toutes ces questions-là à la même famille, hein?! Vous allez passer pour des faisans!

Mais visiblement personne n’écoute plus ce qu’il dit.

Quelque temps plus tard, quand le calme est revenu:

A. ( d’une voix forte): encore un point à aborder: les photos avec les touristes. Ça a déjà été abordé à la réunion précédente. Il me semble pas vous y avoir vu roupiller… et pourtant, on me rapporte que certains abusent avec les photos! On l’a dit et redit ça: on fout la paix aux touristes! C’est pas des stars que je sache, si?! Ben, alors…

F. : Chef, et s’ils ont des enfants… c’est mignons des petits enfants-touristes. Avec leur petite bouille adorable et leurs cheveux clairs, et leurs jolis petits doigts blancs…

Murmure d’attendrissement dans l’assemblée

A.: ok ok! Mais une seule photo par famille de touristes… et des enfants seulement… et uniquement si les enfants et les parents sont d’accord…

Si certains acquiescent, d’autres détournent le regard.

A. : ( élevant la voix): ET ON NE PINCE PLUS LES JOUES DES PETITS BLANCS!

Certaines femmes baissent les yeux, un peu gênées.

A. ( content de son effet): Bon, dernier point! Où en est-on avec les infrastructures?! On avait parlé à la dernière réunion de mettre un KFC sur l’île car le touriste aime bien les enseignes connues! Qui devait se charger des démarches?!

K. lève la main.

A( étonné): quoi?!c’est toi qu’on avait désigné?!

K.: Ben, chef, y a que moi qui ai bien voulu.

A. Ah ouais, c’est vrai! Bon alors, où ça en est, cette histoire?!

K ( content de lui): ça avance!

A: ( très surpris): quoi, KFC accepte de venir sur l’île?!

K : euh,comment je le saurais, moi ?!

A: Tu les as pas contactés ?!

K: Ben non. J’parle pas anglais!

A. : (à lui-même) ah oui, j’suis con aussi! ( seressaisissant): Bon c’est quoi qui avance, alors?!

K: Voilà , j’ai acheté un élevage de poulet… et j’ai toujours mes briques. C. m’a gentiment filé sept chaises en plastique. Pour la table, je dois encore chercher.

A. ( sur le point de défaillir) : mais quel rapport avec le KFC?

K. Ben, le rapport c’est le poulet, chef!

A. Le poulet, on en vend partout, triple buse! En quoi ton commerce à toi va se distinguer des autres?!

K. ( vexé): Ben, on fera une affiche devant, avec écrit dessus KFC et puis que des trucs au poulet en dessous: Hamburger poulet, riz poulet, crêpes poulet, pâtes poulet…

Tout le monde approuve!

A ( résigné): Bon, ok. Mais tu me trouves une table ou deux! Ok?!

K. : ouais ouais! (À lui-même) En attendant, ils mangeront sur leurs genoux…

A. (pour tous): ok, les gars, on a fait du bon travail! On est tous prêts, j’espère, car demain on m’annonce l’arrivée sur l’île d’une famille par le ferry de 15h… ce sera l’occasion de s’entraîner!

F.: ( plein d’espoir) Et on sait s’ils ont des enfants?!

A.: ( ménageant le suspens) oui, … 4!

Allégresse générale!

HOURRA 😁

[Nous tenons à préciser que nous avons adoré notre séjour sur l’île qui est juste magnifique, et on a même aimé répondre 200 fois aux trois mêmes questions … et les séances photos interminables… et le KFC qui était bien meilleur que le vrai! Les gens y sont adorables et réellement accueillants. Ils méritent d’être visités plus souvent … et ils méritent aussi un article digne de ce nom que je m’engage à écrire bientôt !]

9 thoughts on “Réunion des habitants de l’île de Majuli. Ordre du jour: accueil des touristes. [fiction inspirée d’un petit délire suite à notre séjour sur l’île de Majuli, État de l’Assam en Inde]”

  1. Stéphanie, tu nous as fait pleurer…. de rire. Comment peux-tu inventer tout cela ?

    Eveline et Paul

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *