28/08/2017

Cela fait quelques jours que nous sommes arrivés au bord du lac Baïkal. Il y a un peu de vent mais dans l’ensemble, le temps est plutôt clément. Nous nous avançons le long de la côte sud.

À notre surprise, nous constatons que toute cette partie sud est bordée d’une voie ferrée qui nous empêche de nous approcher de la plage de galets. Impossible de la traverser avec le camion. Les seuls passages ne laissent que les voitures ou motos passer mais sûrement pas notre camion. Ok, il est hors de question de se laisser intimider et nous n’allons pas dormir le long de cette route principale où de nombreux camions transitent.

Après plusieurs détours, nous remarquons une faille. Les ponts du chemin de fer sont très étroits pour les voitures mais très larges pour enjamber les rivières afin de permettre l’écoulement plus important pendant l’hiver. C’est par là que nous allons passer. L’eau ne parait pas trop profonde. Et puis il est temps de tester le mode tout terrain du véhicule.

« Les chemins les plus difficiles mènent souvent aux endroits les plus beaux! »

Nous commençons prudemment par traverser le cours d’eau afin de jauger le débit. Puis nous passons sous le pont. Après une structure en béton, une roue s’enfonce dans l’eau de manière plus profonde et le camion penche dangereusement. Quelques secondes plus tard, nous sommes à nouveau sur la terre ferme.

Un long chemin de terre nous emmène directement au bord du lac près de la plage de galets. L’endroit est désert.

Avec l’aide des enfants qui ramènent du bois, nous faisons un feu de camp. Il sera idéal pour cuire les saucisses.

 

Nous profitons ensuite d’un coucher de soleil magnifique sur le lac Baïkal.

 

Le lendemain, nous fixerons les stickers gentiment imprimés par Jean-François et récupérés quelques jours auparavant à Irkoutsk. Le camion aura un look parfait avec les dessins créés par Apolline.

 

De nuit, j’emmène Stéphanie m’assister lors de la prise de vue. Nous entendons dans une nuit complètement noire tous les bruits de la nature qui nous environne. Voici la série complète effectuée ce soir là. N’hésitez pas à critiquer ou indiquer votre préférée.

Baïkal 4870
Baïkal 4869
Baïkal 4868
Baïkal 4867
Baïkal 4866
Baïkal 4865
Baïkal 4864
Baïkal 4863
Baïkal 4862

6 thoughts on “Insomnights Russia : Baikal experiment.”

  1. Profite bien Vincent de ces opportunités. Jamais tu ne pourras faire de telles photos du ciel dans notre pays.
    Nous ne savions plus qu’il y avait tant d’étoiles et que nous étions si petits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *