On l’a déjà dit : unschooling ne signifie pas « ne rien apprendre »!

Unschooling veut dire: apprendre naturellement, sans « formel », apprendre de l’environnement, du voyage, des rencontres, du jeu, des moments d’ennui aussi.

C’est partir des questions que l’on se pose et en faire un objet de recherche. C’est miser sur la curiosité naturelle que tout être humain possède. C’est laisser certains domaines se développer et d’autres moins. C’est faire confiance, en fait !

De mon point de vue, c’est la manière idéale d’apprendre car la motivation est maximale. L’enfant ( l’apprenant) fait ce qu’il lui plait, il y met tout son cœur, il fait de son mieux, pour lui-même et personne d’autres, sans autre contrepartie que le plaisir qu’il en retire. Pas de points, pas de bulletins. Juste l’envie de savoir.

Contrairement à ce que d’aucuns imaginent, ce n’est pas un désengagement des adultes. Tout au contraire, cela suppose une vraie disponibilité de celui/celle qui doit être là pour répondre aux questions lorsqu’elles se présentent, pour approfondir un sujet, encourager, échanger, débattre, observer à distance et bien sûr, savoir quand s’effacer !

Voilà le programme ambitieux que nous poursuivons depuis 9 mois maintenant. Nous n’y sommes pas toujours arrivés. C’est évident. Faire confiance notamment est difficile. Se dire que sans cahier, ils apprennent quand même… Cela prend du temps et demande une remise en question régulièrement. Surtout pour moi. Rester en retrait reste un défi quotidien!

Voilà! J’avais juste envie de vous partager ce que j’observe aujourd’hui de ces 9 mois d’unschooling.

  • Qu’ont donc fait les 4 A’s pendant leur temps libre?

Apolline a lu. Énormément. Tous les jours. De tout. Essentiellement sur sa liseuse mais aussi des livres papiers dès que l’on en a trouvé ou encore ceux apportés par Papy et Mamie ( et donnés par son amie Clarisse).

Mais ce n’est pas tout.

Apolline a dessiné, écrit, préparé des visites guidées, rédigé des articles, fait de belles rencontres, appris beaucoup de vocabulaire anglais…

Et puis elle nous a étonnés: elle s’est mise à jouer! Ce qu’elle fait en général très peu… Ces derniers mois, elle s’est régulièrement mêlée aux jeux de ses frères et sœur. Pour leur plus grand plaisir.

Alexandre et Angéline ont joué. Énormément. Tous les jours. Avec tout. Bouts de bois, ficelle, voitures, legos, Playmobils, cailloux, cartons, Uno, Yam’s, coquillages, ballon,.. Ensemble ou séparément.

Mais ce n’est pas tout.

Alex a aussi appris des poèmes par cœur, il a lu beaucoup: Harry Potter, des « Chair de Poule », des Roald Dahl, des « Petit Nicolas », de la poésie, et surtout des encyclopédies sur la mythologie ou le corps humain. Il a posé des dizaines de questions sur la guerre, les civilisations, les hommes, la vie, la religion, la mort.

Et puis il nous a étonnés : il a écrit des textes d’une grande profondeur alors même qu’il affirme ne pas aimer écrire…

Angie a souvent joué à Mathemagics sur mon téléphone et connaît donc ses tables de multiplication. Elle a lu régulièrement et a même commencé Harry Potter. Elle a fait des Sudokus et des labyrinthes, a demandé à apprendre l’anglais, a joué à la journaliste lors de plusieurs visites,…

Et puis elle nous a étonnés: elle s’est mise à créer des « dessins inventés ». Elle, d’habitude si terre-à-terre, a laissé sa main glisser sur la feuille blanche sans intention précise et a pris plaisir à découvrir ce qui en naissait. Des personnages étranges surgis de son inconscient! Moi, je suis fan!

Aurélien a observé. Énormément. Tous les jours. Tout et tout le monde. Les jeux de ses frère et sœurs. Les amis rencontrés. Les habitudes de vie. Le paysage. Les gens.

Mais ce n’est pas tout.

Il répond maintenant à certaines questions en anglais. Il construit ses véhicules en Lego, il nous fait rire par l’étrangeté de ses réflexions. Il dessine, écrit son prénom, écoute des histoires, invente, interroge…

Et puis il nous a étonnés : il demande régulièrement à faire son cahier de voyage, une activité qui demande de la concentration et de la précision, lui qui a toujours envie de courir et de bouger.

Il nous reste encore trois mois d’unschooling, avant de revenir sur les bancs de l’école traditionnelle.

Trois mois à aller de surprise en surprise!

Pour eux.

Pour nous.

One thought on “Et l’école dans tout ça ?( épisode 2)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *